Les Allergies, l’Acupuncture et la Méthode NAET

undefined

La médecine chinoise a déterminé depuis longtemps le lien entre l’expression d’une maladie et les émotions.

Pour le poumon, l’émotion concernée est la tristesse.

Reliée au poumon toute la sphère ORL a son cortège de réactions allergiques touchant le nez, les yeux, les poumons mais aussi la peau.

La peau organe d’échange et de respiration est aussi organe de délimitation de frontière avec l’extérieur.

L’intérêt de la méthode NAET en plus de la recherche d’un allergène concerné dans ces réactions (et que l’on connait souvent déjà) va être de déterminer l’émotion associée à ces réactions allergiques.

Si en médecine chinoise le poumon a pour émotion la tristesse, notre recherche va se concentrer sur ce qui a pu provoquer cette tristesse. 

Et l’on constate que la séparation tient bonne place dans cette recherche et la peau (sous-jacente du poumon) est bien la frontière de cette séparation.

Une séparation peut être vécue comme un abandon, comme un sentiment d’abandon, comme une « mort », un « deuil » etc ….

La méthode NAET va donc utiliser des points d’acupuncture en stimulation douce qui vont donc notamment   rééquilibrer l’énergie du Poumon en prise avec cette tristesse.

Prenons un exemple : « maman pour différentes raisons se trouve dans l’obligation de se séparer de son bébé (un arrêt de l’allaitement, une reprise du travail,une garde chez la nounou etc …) bref de bonnes raisons pour vivre plus ou moins bien cette première séparation. »

Nous sommes alors dans le facteur programmant de cette séparation (tristesse !). La prochaine séparation pourra être le facteur déclenchant d’une réaction allergique.

Refus de boire le lait qui n’est pas de maman, refus d’aller à la crèche ou à l’école et provoquant des réactions « épidermiques » (peau poumon tristesse).

Autre exemple : « l’enfant est en demande de contact avec un animal, les parents accèdent à cette demande, tout se passe bien puis une séparation de l’animal intervient (mort ou disparition subite de l’animal, déménagement etc…) nous sommes dans le facteur de tristesse programmant. Quelques années plus tard un nouveau contact avec un animal (souvent le même, chat, chien, lapin etc …) est alors le facteur déclenchant et provoque une réaction « épidermique » (peau poumon tristesse) allergies aux poils animaux. 

D’autre part il a été constaté que l’émotionnel, après de nombreuses recherches scientifiques, avait une prise directe avec notre capacité inconsciente à faire diminuer nos défenses immunitaires, il est donc d’un intérêt crucial de tout faire pour agir sur ces émotions enfouies. 

Christian Lavorel